Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 09:44

boulevarddelamort.jpgUne bande de donzelles parties faire la fiesta, un psychopathe cascadeur avec pour seule arme sa voiture, une équipée sauvage et sanglante. Après Kill Bill, Tarantino continue de faire sa déclaration d’amour au cinéma de genre !

Mike Stuntman est un ancien cascadeur à la retraite. Mais Mike a une voiture un peu particulière : elle protège son conducteur des chocs et accidents de la route. Alors comme Mike est complètement timbré, il rôde sur les routes pour décimer les jeunes filles dévergondées à grands coups de pare-chocs…

Tarantino aime le cinéma de genre, Kill Bill nous en avait convaincu. Un amour certainement né au fin fond des magasins de location vidéo où il fut employé avant de devenir réalisateur. Une culture acquise à force de mater des films Z, de série B et autres nanars, dans tous les genres possibles et imaginables. Et c’est toute cette contre-culture que Tarantino nous rebalance en pleine tronche lorsqu’il réalise Kill Bill il y a quelques années et ce Boulevard de la Mort (Death Proof en vo).

Aux States, Boulevard de la Mort est sorti dans les salles en compagnie de Planet Terror, de son pote Robert Rodriguez (parmi d’autres : Une Nuit en Enfer, et le plus récent Sin City). Deux films réunis en un seul programme « Grindhouse » en hommage aux doubles programmes en vogue dans les années 70. En France, le frileux distributeur préfère sortir chaque partie séparément, craignant certainement le manque de référence du grand public.

Pour faire encore plus seventies, Tarantino n’hésite pas à saloper l’image, créer de faux raccords loupés, des décrochages son et images. Vous vous rappelez l’image un peu jaunie des séries des années 70 ? Et bien Tarantino retrouve ici les mêmes tons.

Dans Boulevard de la Mort, tout est dans la référence. N’attendez aucune subtilité, aucun scénario compliqué (c’est bien simple, l’intrigue est linéaire au possible). C’est certainement de fait le film le plus léger et le plus simple du réalisateur. Et pourtant on retrouve bien sa touche personnelle : dialogues longs et futiles (admirablement filmés), petits clins d’œil disséminés à droite et à gauche (affiches de films, la cabane d’Evil Dead de Sam Raimi, etc), bande son impeccable et immédiatement culte, cette manière de créer rapidement des personnage icônes, et une façon de tourner bien personnelle. On notera l’incroyable travail de l’équipe de cascadeurs dans la seconde partie du film, qui aboutie à une scène assez furieuse et jouissive.

Alors forcément, certains spectateurs bouderont le film en prétextant qu’il est bien long et ennuyeux (ah ben, oui, il y a bien 45 minutes de parlote avant qu’on entre dans le vif du sujet), parfois bien sadique (un crash de voitures absolument traumatisant), franchement bizarre (le film est coupé en 2 parties indépendantes) mais surtout tout à fait supeficiel (c’est vrai).
Reste que Boulevard de la Mort est surtout réservé aux amateurs de séries B anciennes. Les autres risques de s'ennuyer ferme ou de passer complètement à côté. C’est aussi un grand coup de tatane dans le cinéma onronnant moderne, et rien que pour cela il mérite d’être vu ! Une grosse friandise en fin de compte...

Partager cet article
Repost0
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 16:37

lamutante2.jpgBon rappelons vite fait le principe de La Mutante : Natasha Henstridge interpète Syl, une bestiole à l'apparence d'une superbe blonde mais qui en réalité est une effroyable bestiole meurtrière. Forcément le fait d'être une magnifique femme attire tous les hommes qui tombent fatalement entre les griffes du monstre... A la fin de la Mutante, la Mutante était vaincue. Mais que voulez-vous, le film ayant fait un peu de tunes, des producteurs zélés ont pensé à faire une suite...

Une expédition spatiale pose enfin le pied sur Mars ! Les astronautes embarquent malheureusement avec eux une bestiole bien méchante qui va les contaminer (non, nos amis astronautes n'ont jamais l'Alien de Ridley Scott, non...). Il s'agit bien du monstre du premier film, bien décidé à envahir notre planète. L'un des astronautes débarque sur Terre,  infecté par le monstre et prêt à semer sa petite graine partout sur notre planète (comprenez : faire l'amour avec un grand nombre de femmes pour les contaminer à leur tour)...
Pendant ce temps sur Terre, d'autres scientifiques étudient un clone de Natasha appelé Eve. FOrcément l'arrivée sur Terre d'un de ses congénères va réveiller la Mutante qui sommeille en elle et elle finira par s'échapper. Forcément, l'armée bien démunie, appelle à la rescousse l'un des héros du premier film (joué par Michael Madsen). 

La Mutante 2 est un nanar de luxe, un vrai. Il y a de la tune, pas toujours bien utilisée d'ailleurs, mais c'est de la série B riche. Comme le coeur n'y est plus vraiment, le réalisateur mixe tant bien que mal les deux principaux éléments du premier film mais appuyant bien dessus : le gore et le sexe.

Du coup, dans La Mutante 2, on fornique à tout va durant la première partie. D'ailleurs Michael Madsen s'exclame un moment : "ils pourraient tous nous tuer rien qu'en baisant" (super classieux, le dialogue). Et puis ca charcute tout autant, car les scènes de sexe sont systématiquement suivies d'une scène gore. Les jeunes femmes subissent en effet une espèce de grossesse accélérée, avec explosion bien craspec de ventre à la clé. Sauf que le tout étant assez mal filmé et prévisible, les scènes en deviennent un brin risibles...

Dans la seconde partie, Eve finit par mettre la main sur son compagnon ET, alors que Michael Madsen,qui surjoue honteusement, poursuit le duo infernal. Les dialoguistes se sont arrachés sur le script pour nous sortir un joli "il est où ton putain de rayon corn-flakes ?!" alors que Michael poursuit les ET (planqués au rayon petit déjeuner vous l'aurez compris). 

Au final, Eve se fait abuser par le monstre. Et puis c'est la fin, tout le monde meurt. Et la toute dernière image nous laisse présager que non, finalement, il y aura peut-être un trois.
Rectifions : il y a un "La Mutante 3".

Que dire devant ce "La Mutante 2" sinon que c'est un nanar extraordinaire, sanglant et sexy, sans aucune logique (voir la scène de viol totalement illogique, quand la victime s'échappe sous les yeux des policiers sans qu'ils ne la voit). Mais surtout on sent que le tout est totalement involontaire ! 

Il ne me reste plus qu'à trouver le troisième film qui s'annonce fabuleux.

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 17:04
24hsaison2.jpgAprès une première saison fort réussie, j'attendais donc la saison 2 au tournant. Non pas que j'avais un mauvais à priori, bien au contraire. Mais la saison une m'a laissé l'impression d'être une sorte de répétition générale, avant que les auteurs se sentent en confiance, en phase avec le public, bref près à se lâcher.

J'ai fini de voir les 5 premiers épisodes  de cette saison, et pour l'instant je suis très convaincu. Si si., même si mon titre d'article se voudrait un brin moqueur, je suis emballé.

Pour faire simple, rappelons les faits : un après après les évènements de la première saison, une nouvelle menace terroriste plane sur Los Angeles. Sauf que maintenant ca n'est plus le sénateur Palmer qui est menacé, mais la ville entière, puisque des terroristes menacent de faire sauter une bombe nucléaire artisanale en son coeur.
Jack Bauer, après la mort de sa femme, a quitté l'agence de contre-terrorisme, et Palmer est devenu président. Et c'est justement lui qui rappelle Jack dans l'agence, car quand il y a une vraie menace, c'est Jack qu'il lui faut...


Mon titre débile est en fait du aux premières minutes du show où l'on aperçoit Jack Bauer mal rasé et en grosse chemise épaisse style bûcheron canadien.  Forcément Jack finit par revenir dans l'action, et choisit de se raser avant de repartir en guerre ...

Mais Kim Bauer, me direz-vous, hum ? Que devient notre attrape-emmerdes favorite ? Pas grand chose de neuf, elle s'attire des ennuis, et il faudra bien à un moment que son père la dépatouille du bordel dans lequel elle s'est empêtrée... Tout ca pour dire que l'actrice et le personnage sont toujours insupportables...

Mine de rien, le show fonctionne à plein régime et les cliffhangers fleurent bons la tension, le suspens. "Ah, tiens Jack infiltré parmi des bandits se retrouve à faire sauter l'Agence !", "Ah, tiens, Nina Myers est dans le coup !".  L'épisode 5 possède un joli morceau de tension, quelques secondes formidables, lorsque Jack se demande s'il ne devrait pas la flinguer sur place  : après tout, il n'y a qu'un petit garde pour surveiller la pièce dans laquelle on l'a enfermé pour l'interroger (oui, elle est liée à tout ce bazar terroriste...).

Bref, on retrouve le punch de 24 h chrono, mais avec une storyline toute neuve, et pour le moment le feuilleton tient en haleine. Que demander de plus ?

Ok, j'y vais, voici mes souhaits :

- que Kim Bauer passe l'arme à gauche, mais ca vous le savez
- que la population de Los Angeles apprenne ce qui se passe, que cela fasse une pagaille monstrueuse et que le boulot de Jack et ses copains devienne encore plus difficile
- que Bauer réussisse à coller une balle à Nina Myers. Non, 2 balles plutôt.
- que Mason (le patron de l'agence exposé à des radiations à fortes doses) survive je ne sais pas comment mais n'importe quoi me ferait rire. Quoique non, finalement.

Rendez-vous dans cinq épisodes pour savoir si mes voeux se réalisent...
Partager cet article
Repost0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 15:11
J'en rêvait depuis quelques mois, ma  famille a comblé mon envie : j'ai reçu une Nintendo DS pour mon anniversaire (fêté, j'en conviens, en retard cette année).

Vous trouverez peut-être futile qu'un grand gaillard comme moi veuille une petite console portable pour gamin. Mais mine de rien depuis quelques semaines, je passe pas mal de temps dans les transports en commun (bus) et sur mon lieu de travail (temps de pause, repas du mercredi soir...). Et j'ai toujours pensé qu'une console portable serait bien pratique pour tuer le temps et me changer les idées dans ces moments.

Et voilà donc une jolie DS toute blanche, toute belle !

Premier contact : je suis ravi. La console est d'une ergonomie impressionante : facile à prendre en main, on comprend l'utilisation du stylet  instantanément. Stylet ? Et oui ! La console possède 2 écrans, dont un tactile sur lequel on peut écrire, pointer, glisser, etc...Un bonheur.

J'ai reçu en prime le jeu Final Fantasy III, dont parait-il la durée de vie de jeu est énorme pour un jeu DS.  j'aurais l'occasion de vous en faire une critique bientôt donc. Et je crois que je ne vais pas résister longtemps à l'achat de New Super Mario Bros, tant ce jeu me tentait lorsque je bavais devant la DS. Et d'autres jeux me branchent aussi pas mal comme : Hotel Dusk, Castlevania, Metroid prime, Phoenix Wright (une simulation d'avocat !), Trauma Center (une autre simulation de chirurgien cette fois-ci), Lunar Knights, etc. Bref je sens que je n'ai pas fini de m'user les yeux sur cette déesse (oui, elle était facile celle-là, je sais).
Partager cet article
Repost0
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 15:14
24.jpgAh, ah ! Ca y est, j'ai fini de visionner ce week-end dernier les derniers épisodes de la première saison de 24 H chrono.

Allons-y franco, j'aime beaucoup la fin, même si j'y ai trouvé quelques petites pétouilles. J'en avais déjà parlé, le GROS problème de la série, à mon sens, c'est la famille de Jack.  Attention, juste en dessous je vais dévoiler le gros truc de fin de la première saison, donc si vous voulez conserver l'effet de surprise ne reprenez qu'au paragraphe suivant. Le cas de Terry Bauer est réglé, d'un coup de flingue sèchement asséné par une Mina traîtresse. Wow ! Bien vu, même si on m'avait spoilé la fin , j'ai trouvé cela bien vu. Cela nous permet non seulement d'avoir une image finale magnifique (le héros pleurant tenant sa belle dans ses bras), mais en plus amène tout un tas de questions sur la saison 2. Pour en revenir à la traîtresse, Mina, à la reflexion ca fait plusieurs génériques que Jack en voix off nous signale qu'il y a une taupe dans l'organisation avec le visage de Mina qui apparaît à ce moment-là... Genre, on vous prend pas en traître finalement.

Quand à la fille la plus idiote de l'univers, j'ai nommé Kim Bauer, et bien j'attendrai patiemment qu'elle quitte la série.  tant pis, je vais devoir me la farcir dans la seconde saison, après je  n'en sais rien et ne veux pas savoir. Mais une balle perdue arrivant si vite...

Le tout dernier épisode est palpitant, j'ai a-do-ré la fusillade nocturne sur les docks. Bauer est persuadé que les terroristes ont assassiné sa fille et n'hésite pas une seconde pour les descendre froidement. Logique. Et complètement satisfaisant vu le ton de la série et l'idée que je me faisais de Bauer. J'espère simplement que les réalisateurs sauront garder ce ton dans les saisons à venir.

Bilan ?

Ben, 24 H première saison ressemble beaucoup à mes yeux à un galop d'essai. A un rôdage du genre. Comme si les auteurs ne savaient pas trop s'ils pouvaient se permettre telle ou telle chose. Avec une première fournée ayant remporté un succès incroyable, je les attends au tournant dans la seconde saison, qui devrait, croisons les doigts, leur permettre d'exprimer leur plein potentiel.
Partager cet article
Repost0
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 11:25
piratesdescaraibes3.jpgTroisième volet des aventures de Jack Sparow, Jusqu'au bout du monde s'annoncait bien mal pour moi. N'ayant pas aimé le premier épisode (endormi sur la dernière moitié), et encore moi le second (endormi pendant tout le film, je crois), rien n'annoncait une heureuse surprise.

Et pourtant, il faut bien que j'avoue avoir pris du plaisir dans cet épisode. Tout d'abord parce que je ne m'y suis jamais ennuyé. Le début du film m'a beaucoup plu, lorsque l'équipage de pirates tentent de ressusciter Jack Sparrow, le héros pirate. Il y a un petit côté bien sympa à ne pas nous mettre sous le nez le héros, j'ai bien aimé.

Puis l'action s'emballe et l'on rentre progressivement dans un vaste manège qui vous trimballe sur presque 3 heures. Actions, retournements, abordages, combats... Pas le temps de souffler.

Ensuite, enfin ! Johnny Depp n'en fait plus des tonnes dans l'interprètation de Jack Sparrow ! Ouf ! Il était insupportable dans le deuxième volet. Ici, il se montre plus discret. D'ailleurs même sa présence à l'écran est plus réduite, se faisant voler la vedette par la ravissante Keira Knightley (qui va me pousser à regarder le Roi Arthur).

A noter l'énorme travail des décorateurs et accessoiristes qui  tout au long du film recréent des ambiances magnifiques. Mention spéciale aussi pour les seconds rôles, avec des "gueules" incroyables !

Bref, Jusqu'au bout du Monde, c'est  l'aventure avec un grand A, du genre à vous faire redevenir môme le temps d'une soirée, planqué au fond de son fauteuil , du pop-corn plein la bouche.
Partager cet article
Repost0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 11:23
suspectes.jpgAurélie et moi avons acheté un décodeur TNT, surtout parce que je voulais pouvoir regarder iTélé, la chaîne d'infos en continue que j'apprécie beaucoup. Et du coup, l'autre soir, nous avons voulu inaugurer notre nouvel engin en regardant "un truc à la tv". Pas de chance, nous sommes tombés sur les deux premiers épisodes de Suspectes, la nouvelle saga de M6.

Si vous ne connaissez pas l'histoire, voici en gros ce qu'il s'y passe : trois femmes différentes (et leurs familles) sont menacées par un mystérieux tueur. Seul façon de s'en sortir : découvrir le lien qui les unit toutes les trois. Pour cela, elle devront apprendre à se connaître et à se faire confiance. Et comme le dit le sous-titre l'indique "Chaque femme a un secret..."

Bon, je vais être franc, je n'aime en général pas du tout les séries TV française. Surtout pas les machins qui passent sur TF1 genre Navarro, Mimie Mathy, et cie. Alors bon c'est un peu forcé que je me suis mis devant Suspectes, sans en attendre grand chose.

Et j'ai bien fait, car il n'y avait rien à voir. Suspectes n'est pas désagréable en soi, mais c'est bourré de petits trucs qui m'énervent.

Ingrid Chauvin dans un premier temps. Je ne l'aime pas. Pas du tout, même. Il y a des actrices comme ça, qui suffisent à me gâcher un film ou un feuilleton (autre exemple en tête, Andy mcDowell que je ne supporte pas). Et puis son rôle de gentille mère aussi à l'aise face à un tueur qu'à ses enfants, suuuuper...

Ensuite, il y a les ficelles débiles utilisées par les scénaristes. Exemple énorme : la fille d'Ingrid est partie de l'école par elle-même sans attendre sa mère. Panique. Ingrid court vite chez elle, pour trouver la maison à priori vide (mais ouverte). Elle s'empare d'un couteau à viande dans la grande tradition des Vendredi 13. Musique lancinante genre "attention, il va y avoir du danger". Gros plan sur un placard sous l'évier. Il y a quelque chose de caché. Ingrid ouvre : sa fille s'était mise sous l'évier "pour écouter de la musique tranquille" ! Ouais, vive la fausse piste pas géniale du tout. Merci Messieurs les scénaristes.

Enfin, on touche le fond dans la une scène se situant dans un cimetière, scène destinée à faire rire (les filles se plantent sur l'identité de la personne enterrée), mais comme c'est super lourd et répétitif, et bien ca tombe à plat.

Non franchement, ca ne vaut pas un bon vieux "Desperate Housewives".
Partager cet article
Repost0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 08:52
nightside-t1.jpgPar Simon R. Green

Lu entre deux cartons pendant mon déménagement...

John Taylor est un détective privé londonien pas comme les autres ; il possède un Don : une capacité extraordinaire à retrouver la trace d'un objet perdu ou d'une personne disparue. John est né dans le Nightside, un quartier secret et magique de Londres : il n'existe que pour ceux qui en connaissent l'existence et regroupe tout ce que le monde magique peut comporter de plus étrange ou 'inquiètant : démons, mystiques, lieux maudits et inquiètant, monstres...
Alors lorsque Joanna, une riche femme d'affaire, vient l'embaucher pour l'aider à retrouver sa fille disparue dans ce quartier bizarre, John Taylor l'entraîne dans une folle équipée...


Vieux Démons est le premier volet de la série Nightside, décrivant les aventures occultes de John Taylor, détective de l'étrange. Voilà un livre rapidement lu (250 pages) parce que Simon R. Green ne fait pas réellement dans la dentelle : l'histoire est linéaire au possible. Non pas que ce soit un réel défaut, d'ailleurs. Joanna endosse le rôle de Candide afin de permettre à John, le narrateur, de présenter au lecteur l'univers si particulier du Nightside.
Du coup, cette première histoire paraît un poil simple : en gros, nos héros traversent le quartier, rencontre tout une série de personnages secondaires particulièrement typés, et finissent par accomplir leur mission. Point. Du coup, ce premier volume est très facile à lire et l'on s'intéresse plus à la description du quartier londonien et de ses occupants qu'à l'histoire principale trop mince.

C'est justement les personnages secondaires qui font toute la saveur du roman. Car John Taylor n'échappe à aucun moment au stéréotype du détective fauché et cynique. Non, l'originalité il faut la chercher dans les habitants du Nightside. Là, vous allez découvrir une galerie de personnages bigarrés et inquiètants. Même si je trouve que Simon R. Green intègre ces persos à la truelle, sans véritablement chercher la subtilité. Un peu comme si il avait noté sur un brouillon des idées en vrac depuis quelques années et qu'il les intégrait vaille que vaille dans son texte.

Vieux Démons n'est pas un roman extraordinaire, mais se laisse lire avec plaisir car le rythme ne retombe jamais. J'attends la suite avec curiosité, car l'auteur a initié une intrigue secondaire que j'ai hâte de voir se développer. Le second volume sort normalement en juin 2007.
Editions Bragelonne
250 pages
ISBN-13: 978-2352940364
Partager cet article
Repost0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 16:32
Bon, et bien notre appartement prend forme petit à petit.

Le poseur de la cuisine devait venir jeudi dernier (un jour férié !), et finalement il est venu 2 jours avant, soit le mardi. Très bonne nouvelle ! Mercredi soir nous avions donc notre jolie cuisine toute prête : tout juste si nous n'hésitions pas à cuisiner de peur de la salir...

Le jeudi après-midi, nous avons été chercher les meubles : lit, canapé, bahut, table et chaises. Tout s'est bien passé et mon père et Jean-Etienne ont relevé les manches pour que tout soit terminé le soir même.  Résultat : le jeudi soir il ne restait plus qu'à déballer les cartons.

Nous sommes donc presque complètement installés : le coin informatique reste à faire, ma bibliothèque est à ranger et trier (mes précieux comics attendront encore un peu...).

Globalement nous sommes très très heureux, et surpris de voir que malgré tout ce que nous avions apporté il reste de la place.
Partager cet article
Repost0
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 12:49
24.jpgBon j'ai poussé mon visionnage jusqu'à l'épisode 17 de la première saison. Depuis, pour cause de "j'ai plein de cartons sur le sol de l'appart et de toute manière je n'ai pas encore de canapé", c'est le calme plat. Je compte m'y remettre dès ce week-end et finir cette satanée première saison.

Bon alors, que dire ?
Qu'effectivement, comme on me l'avait dit, ca me plait beaucoup. Finalement, le gimmick du "raconté en temps réel par tranche d'une heure" me botte pas des masses, mais j'aime bien le rythme soutenu de la série. Ca avance, on a pas vraiment le temps de souffler, il se passe toujours un truc. Et comme le faisait remarquer Renaud dans une discussion, il y a une gestion de la luminosité très intéressante.

Kieffer Sutherland est toujours aussi bon, pas de soucis.

Seuls deux petits détails me chagrinent dans cette deuxième partie de saison.
Le premier, c'est le coup de la femme de Jack Bauer qui devient amnésique. Lorsque j'ai vu le truc arriver, je me suis : "bon là, on se fout de ma gueule". Même pas une saison, et déjà, un personnage perd la mémoire. C'est le genre de truc qui ne convient pas vraiment au style de cette série. Autant dans Desperate Housewives, où l'on en est à 3 amnésies en 3 saisons, ca me dérange moins, ca fait parti du genre un peu soap. Autant dans 24, je pense que les scénaristes auraient pu se creuser un peu plus pour trouver quelque chose de mieux.
Le deuxième détail : Elisha Cuthbert. Je ne la supporte plus, l'actrice comme le personnage. Son air de midinette à deux balles m'énerve. Et son personnage devient petit à petit assez insupportable (et des amis me disent qu'il faudra bien que je m'y habitue, misère). Non, parce que franchement, je veux bien que c'est la fille de Jack Bauer, elle est perturbée parce qu'elle a sur vécu à un enlèvement, mais tout de même, que fait-elle une fois libre ? Elle appelle un de ses ravisseurs, parce que... elle est amoureuse de lui. Oh, même pas sûr, remarquez. Peut-être qu'elle éprouve un petit quelque chose pour lui. C'est téléphoné, c'est idiot, ca m'a énervé.

Dommage qu'il y ait ces deux pétouilles, car sinon c'est excellent.
Partager cet article
Repost0