Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 09:55

psychose3

L’épisode 2 ayant rapporté un peu d’argent, Universal a songé qu’on pouvait saccager encore un peu plus l’œuvre d’Alfred Hitchcock.

 

Pour le coup, c’est Anthony Perkins, l’acteur qui incarne Norman Bates, qui se charge de la réalisation. Certes, c’est un coup marketing, mais derrière cette apparence il y a une longue tractation : Perkins voulait revoir à la hausse son salaire, la Universal refusait, et du coup l’acteur proposa de jouer ET réaliser le film. Perkins chercha un réalisateur pour le seconder, et après quelques refus trouvera Bruce Surtees, chef-opérateur de Clint Eastwood pendant longtemps. Pire : les désaccords entre Perkins et Universal furent nombreux. Au contraire de Perkins, la production souhaitait un film sanglant, où Mère assassinait sauvagement un bon paquet d’ados. Nous sommes en 1986, et la mode des slashers movies (Halloween, Vendredi 13, etc.) bat son plein, ceci expliquant cela…

 

Curieusement, Psycho III ne fait qu’une légère allusion au deuxième épisode (dans lequel quelqu’un essayait de faire perdre la tête à Norman). Nous retrouvons Norman dans son motel, après avoir passé 20 ans à l’asile. Il n’est pas du tout guéri de son problème, puisque nous comprenons rapidement que Mère n’est pas loin, tout aussi momifiée que dans le premier. Bien entendu, de nouveaux visiteurs arrivent au motel : une nonne défroquée (qui va entretenir une relation amoureuse avec Norman…), un voyou dragueur (que Norman va engager pour tenir la réception), et carrément une équipe de foot venue jouer dans la ville d’à-coté. C’est le début du massacre.

 

Psycho III est donc le plus sanglant des 3 films, comme le souhaitait la production. Cela confine même parfois un peu au ridicule, tant on est à l’opposé de ce que voulait Hitchcock. Anthony Perkins s’essaie à singer plein de petits détails de l’œuvre d’origine. La fameuse scène de la douche est reprise trois fois, la première étant originale et surprenante, la seconde se contentant de décalquer la version d’Hitchcock en la déplaçant dans un autre endroit, et la troisième est un flash-back en noir et blanc du premier film (ben oui tant qu’à faire…).

psychose302

Reste deux plaisirs : celui de retrouver Anthony Perkins devant la caméra (et il a bien vieilli) et surtout de parcourir l’hôtel et la maison Bates un peu plus longuement que dans le film d’Hitchcock (et en couleurs).

Globalement, l’ensemble est tout de même assez bancal, et finalement médiocre. Jamais on ne retrouve l’intensité du premier, et le projet paraît bien grotesque. Le sentiment de tourner en rond, que le film n’apporte rien de neuf au film d’Hitchcock finit par l’emporter.

 

Et pourtant la saga ne s’arrête pas là : Universal produira (pour la télévision) un Psycho IV nous racontant la jeunesse de Norman et qui s’annonce comme le moins bon des quatre…

psychose301

Partager cet article
Repost0

commentaires