Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 08:27

phantasm2

 

Phantasm II c'est Phantasm mais avec plus de tout : plus de gore, plus d'Homme en Noir, plus d'action, et plus de boules. Si, si.

 

Après la mort de son frère et les nombreuses mésaventures qu’il vient de vivre, le jeune Mike est pourtant persuadé que le cruel Homme en Noir est toujours à sa poursuite. Il aura à peine le temps de souffler que l’affreux bonhomme le kidnappe, mais va échouer grâce à l’intervention de Reggie, vendeur de glace ambulant, affrontant les horribles nains encapuchonnés...


Quelques années plus tard, Mike est en institut psychiâtrique. Il est libéré et repart sur les routes avec Reggie, pour mettre fin aux agissements de l'Homme en Noir...

 

Il y avait dans Phantasm, le premier de la série, une certaine légèreté, un aspect un peu ouateux et onirique. Phantasm II abandonne cet aspect pour se tourner vers une horreur plus directe. Reggie et Mike forment un groupe genre Scooby-gang à la recherche du méchant Homme en Noir. D'ailleurs fini le minable couteau de Mike, ils sont équipés cette fois-ci: double fusil à pompe scié, lance-flamme de fortune... On sent que ça va fighter dans ce deuxième volet !

 

L'Homme en Noir et les sphères métalliques ont maintenant plus d'importance, et sont clairement les stars du film. Le réalisateur chouchoutent ces personnages, à base de blagounettes à la Freddy pour l'un et de fonctionnalités nouvelles pour les autres (non pas de tire-bouchon intégré comme le laisse penser l'affiche ci-dessous, allusion à un travail du peintre Escher par ailleurs !).

 

Don Coscarelli, toujours derrière la caméra, nous en montre un peu plus sur son univers si particulier (un tour dans l'autre dimension est prévu) mais se garde bien de répondre à des questions brûlantes : qui est l'Homme en Noir ? pourquoi envoit-il des cadavres de notre dimension dans une autre ? Pourquoi les change-t-il en nains encapuchonnés ? Pourquoi en nains, d'ailleurs, des haltérophiles austro-hongrois seraient infiniement plus efficaces non ? (Et puis-je vous en pose des questions, moi ?) Nous n'en saurons pas plus.

 

Le réalisateur troque donc un peu de finesse contre une roublardise jamais déplaisante, tant il s'escrime à picorer des idées à droite et à gauche : on pense à Alien, à Re-animator, à Freddy...

 

Le film se termine exactement de la même façon que le premier, et laisse donc la place à un troisième volet.

Plus lourdingue, mais non moins déplaisant, Phantasm II assure le principal : perpétuer une saga étonnante !

Partager cet article
Repost0

commentaires