Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 10:00
Olivia Dunham est une agent du FBI particulièrement douée et perspicace. Elle est recrutée au sein d'une cellule spéciale, chargée d'enquêter sur des évènements surnaturels. Elle sera aidée dans son travail par Peter Bishop, un jeune homme touche-à-tout, et son père, Walter, un scientifique bizarre et pour cause puisqu'il a passé 17 années en hôpital psy. Rapidement, leurs investigations les ramènent régulièrement vers une corporation mystérieuse : Massive Dynamics. Quel rôle joue-t-elle ? Et qui est réellement son directeur qu'on ne voit jamais (et accessoirement ancien collègue de Walter Bishop) ?

Fringe, c'est la dernière série tv en date de Jeffrey Jacob Abrams ("JJ" Abrams pour les intimes, le type qui a déjà produit, écrit et en partie réalisé les séries Alias et Lost.

Premier constat, Fringe doit beaucoup à The X-Files, la célèbre série fantastique des années 90. On y retrouve les mêmes principes (des agents fédéraux agissant en marge des autorités), le même goût pour le fantastique, et surtout les manipulations et la paranoïa. Mais Abrams a tiré les leçons des écueils de X-Files, et l'on sent son intrigue plus construite et pensée sur le long terme. Car Fringe veut nous amener quelque part, c'est sûr, et le dernier épisode de la première saison nous amène à penser que cette saison n'était qu'une énorme introduction.

Seulement, Fringe n'est pas exempt de défauts. Le pire de tous ? Un pilote pas très attrayant, limite soporifique, qui présente les personnages mais ne donne pas forcément tout le sel de la série, ni l'envie d'aller voir plus loin. Il faut se forcer et alors, on découvre une série intéressante.

Autre défaut, une écriture certes réfléchie sur le long terme, mais hasardeuse sur le moyen terme. Ainsi tout le début de la première saison va porter en bonne partie sur le décès du petit ami d'Olivia. Puis sans raison, on n'en fera plus mention dans la seconde moitié de la saison. Autre exemple : la soeur d'Olivia apparaît, reste une poignée d'épisodes, puis disparaît sans qu'on  sache réellement pourquoi. Etrange.

Mais ce qui m'a le plus agaçé dans Fringe, c'est la brusque chute de qualité des scénarios le temps d'un épisode, la faute au savant fou de l'équipe, Walter Bishop. Sous prétexte que monsieur est un scientifique de génie (mais taré) les ssénaristes l'utilisent dans la première moitié de la saison comme prétexte à dénouer des situations bloquées. Exemple : dans un épisode, un personnage important d'une enquête meurt. Mince, c'était la seule personne pouvant donner des infos. Que nous font les scénaristes ? C'est bien simple : voilà Walter qui déboule nous annoncant que par le passé il avait inventé un système pour récupérer les informations directement dans le cerveau d'un cadavre. Et hop, 10 minutes plus tard, l'enquête peut reprendre. Ou comment prendre les spectateurs pour des gogos. Heureusement, ce travers s'estompe progressivement, même si au détour d'un épisode  les scénaristes nous prennent encore parfois en traître. Bon, passons.



Le gros point fort de Fringe, ce sont les personnages. Olivia Dunham est une héroïne moderne, forte, intelligente, et l'actrice participe pour beaucoup au succès de la série. L'acteur chargé de jouer le savant fou s'en sort aussi très bien, sur un terrain pouvant pourtant le faire facilement glisser vers la cabotinerie. Le moins bon reste finalement l'acteur incarnant Peter, sans réellement de profondeur, ni d'utilité, hormis d'être le "héros" masculin du show.

L'autre atout de Fringe, c'est de tisser progressivement une grosse intrigue à suivre sur toute la saison. C'est rudement bien fichu et l'on se prend au jeu facilement. Mieux, la fin de la saison est enthousiasmante, avec un twist final qui laisse présager du meilleur.

il faut donc passer sur quelques défauts pour pleinement apprécier Fringe, mais progressivement la série témoigne d'un potentiel intéressant. Essai à transformer au cours de la saison 2, Monsieur Abrams !
Partager cet article
Repost0

commentaires