Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 08:44

par Chuck Palahniuk

"Retraite d'écrivains : mettez votre vie de côté pendant trois mois. Disparaissez. Brisez les entraves qui vous empêchent de réaliser votre chef-d'oeuvre ! Le boulot, la famille, la maison, autant de contraintes, autant de distractions. Faites une pause pendant TROIS MOIS. D'autres partagent vos aspirations : venez vivre avec eux cette expérience dans un cadre propice au travail. Si vous êtes sélectionné, le vivre et le couvert vous seront offerts. Tentez votre chance, mettez en jeu ce petit bout de vie et assurez-vous un autre futur : une carrière de poète, de romancier, de scénariste. Vivez vos rêves avant qu'il ne soit trop tard ! Places limitées."

23 écrivains écrivains amateurs ont répondu à cette annonce... et se retrouvent en enfer ! Car ils se retrouvent dans un vieux théâtre délâbré et sous-terrain, avec pour mentor un vieillard inquiétant. D'après lui, la règle est simple : ils sortiront dans 3 mois si ils ont écrit le chef d'oeuvre de leur vie ! Ainsi, à la manière d'un atelier d'écriture déviant, chacun essait de se mettre au travail.
Mais rapidement, l'enfermement pousse tout le monde à la crise de nerf, personne n'arrive à travailler correctement dans ces conditions. La folie gagne les participants : ils saccagent leur stock de nourriture, détruise la chaufferie, essaient de s'évader. Rien n'y fait, le vieillard tient bon. dans une crise de folie, ils finissent par le trucider... mais personne ne vient pour les sauver.

Tout le théâtre bascule alors dans la folie. Les auteurs se persuadent qu'ils participent involontairement à une émission de tv-réalité déviante. Chacun imagine qu'ils en sortiront riche et célèbre. Et d'autres idées folles germent : s'auto-mutiler pour susciter la pitié des spectateurs, créer de fausses histoires romantiques pour attirer l'attention sur soi, harceler les autres pour les pousser à se suicider... Pire, les conditions de vie se dégradent rapidement, et les auteurs auront recours au moyen les plus sordides pour survivre.

Et régulièrement, chacun lit aux autres ses travaux littéraires, bien entendu de plus en plus fous.

Lire un roman de Chuck Palahniuk, c'est souvent se prendre une énorme claque dans la gueule. A l'estomac n'y fait pas exception.

Parlons de la forme, tout d'abord. A l'estomac se présente sous la forme d'un recueil de nouvelles reliées entre-elles par une intrigue globale. Chaque historiette peut se lire indépendament des autres. Cela serait quand même se priver de quelques finesses puisque Palahniuk fait transparaître dans leurs écrits petit à petit les conditions de vie extrême des auteurs.
Mais c'est aussi la plus grande faiblesse de son livre. A enchaîner les nouvelles, le lecteur finit forcément par en préférer certaines, et du coup l'ensemble est assez déséquilibré. Parfois certaines nouvelles sont tellement fortes qu'on aurait presque préféré rester dessus, plutôt que revenir sur l'intrigue principale.

A la lecture du résumé ci-dessus, vous avez pu vous dire "c'est barré comme truc". Vous n'auriez pas tord. Comme souvent avec Palahniuk, l'auteur met en scène des personnages frappadingues et hallucinés. J'avais lu 3 romans de cet auteur (Monstres Invisibles, Survivant, Fight Club) auparavent et A l'estomac est de loin le plus sordire. Sordide, parce qu'il pousse les personnages dans leurs derniers retranchements : Palahniuk se montre très précis dans les descriptions des souffrances et cela rebutera plus d'un des lecteurs.

Par contre, s'il y a bien une composante de son style qui ne varie pas, c'est le cynisme et l'humour noir . Tout le roman baigne dans cet humour particulier, tranchant et nerveux qui me plait tant. Et comme d'habitude, Palahniuk poursuit sa mise en abîme de notre société contemporaine. N'écrit-il pas : "Le Rêve Américain, c'est ça : trnasformer ta vie en quelque chose que tu peux vendre." Précisément ce que font les personnages de cette histoire.

Du côté des petites nouvelles, certaines sont vraiment de magnifiques petits trésors d'inventivité et d'idée. Ce type a des idées, vraiment plein d'idées et il les utilise. Certains auteurs aurait fait d'une d'entre-elle un roman de 500 pages, et Palahniuk nous en fait qu'une petite nouvelle de 20 pages, parfaitement ciselé sans tirer sur la corde. Au programme de ces nouvelles: un ado bien trop amateur des plaisirs solitaires, des policiers bien trop amateurs de manequins anatomiquement réalistes, la découverte du Paradis biblique et les répercussions, des bourgeois s'amusant à devenir clochards, des masseurs qui maîtrisent leur technique au point de pouvoir tuer...

C'est ce qui fait de cet auteur un de mes écrivains favoris : je n'arrive jamais à anticiper ses intrigues, je suis perdu dans l'histoire et cela me plaît. A l'estomac est un roman puissant, terrible, mais difficile et déséquilibré, décidément pas à la portée de tout le monde.

Editions Denoël et d'ailleurs
536 pages
ISBN : 2207257037

Partager cet article
Repost0

commentaires