Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 11:51
Le Dr House n’est certainement pas le médecin que l’on rêverait tous de consulter. Définitivement, non. Tout simplement parce qu’il déteste ses patients : pour lui, tout le monde ment, et une bonne radio en dira bien plus sur un malade qu’une longue discussion. House traîne sa canne (suite à un problème à une jambe) dans les couloirs de l’hôpital de Princeton, où il exerce en tant que responsable de la section recherche. Derrière un visage ni rasé ni coiffé, des yeux bleus perçants de fou, et des sarcasmes grinçants, Grégory House dissimule toutes ses connaissances et compétences : c’est un excellent médecin, sinon le meilleur. Seulement, l’homme est associable, antipathique, à un point tel qu’il ferait tout pour rater une séance de consultation.
Aussi l’homme se retranche derrière son équipe, qui doit aussi supporter les humeurs de ce personnage étonnant.

Voilà le pitch de base de cette série curieuse, située entre « Urgences » et « Les Experts », mais qui réussit l’exploit de dégager une originalité étonnante, notamment grâce à son héros homonyme.

« House, MD » se déroule à 95% du temps dans l’hôpital, voire même dans le service de recherche. Le pré-générique nous montre toujours le patient sombrer, terrassé par la maladie ou un accident. Le générique, magnifique, porté par la musique de Massive Attack, nous amène jusqu’au service de House. Très souvent d’ailleurs ce dernier refuse le patient, jusqu’à ce qu’un collègue ou la directrice réussisse à le convaincre de s’occuper du « cas ». Commence alors une véritable enquête, au cours de laquelle la vie du patient est mise à nue. Jusqu’à la conclusion qui verra ce dernier survivre... ou pas.

On découvre dans un premier temps ce mix étrange entre Urgences et Les Experts, comme je le disais. « Urgences » vient tout de suite à l’esprit (forcément, pour une série se déroulant à l’hôpital...), notamment au fur et à mesure qu’on s’attache aux personnes secondaires. « Les Experts » sont la deuxième référence : recherche absolue du réalisme médical (avec des vues internes du corps humain réalisé en 3D pour expliquer certains passages), déroulement d’une enquête médicale avec ses trouvailles, ses bonnes idées et ses impasses.

Mais là où les producteurs réussissent leur pari, c’est en créant une série originale, portée à elle seule par Hugh Laurie, l’acteur traînant la canne de Grégory House. Son nom ne vous dit rien ? Pas étonnant, puisque Laurie n’a pour lui que de petites apparitions dans « L’homme de Masque de Fer » ou dans la série « Friends ». Rien de glorieux, jusqu’à ce rôle, qu’il endosse à la perfection. Il « est » House, c’est une évidence au bout du premier épisode. Tour à tour, caustique, irritant, misanthrope, noir, attendrissant et antipathique, l’acteur nous livre ici un travail de haute volée, qui mérite à lui seul le visionnage de la série. Régulièrement, les traits d’humour du personnage traversent l’épisode, provoquant rire jaune ou franches rigolades (la VO est d’ailleurs parait-il encore supérieure à la version française de très bonne qualité). Et au final, qu’on l’aime ou qu’on le déteste, House est un homme qui souffre et qui malgré l’impression qu’il dégage fait preuve d’une humanité impressionnante.

Ensuite, la série réussit l’exploit d’avoir une qualité d’écriture de scénario et de dialogue constante. S’il y a bien quelques épisodes qui sortent du lot par l’émotion qu’ils suscitent, tous les épisodes sont d’une excellente qualité et d’une finesse rare. Jamais je n’avais vu des sujets si graves abordés avec une telle intelligence : rapport avec le patient, avec la famille des patients, aspect social, rien n’est épargné au spectateur qui devra s’attendre à quelques scènes difficiles.

Enfin, pour achever de vous convaincre (mais vous l'êtes déjà, dites ?!), la série est produite par Bryan Singer, jeune prodige réalisateur de Usual Suspects, Un Elève doué, et les deux premiers opus de la saga ciné X-Men ; rien que ça ! L'auteur fait d'ailleurs un petit cameo au milieu de la saison. On retrouve tout le talent de l'artiste dans le pilot de la série, avec des teintes orange et acier qui servent parfaitement la série. Malgré un sujet difficile, "House, MD" fait parti des 10 séries les plus regardé aux US : il existe deux saisons complète, une troisième est en cours aux States réunissant plus de 25 millions de téléspectateurs.

La série a été diffusée dernièrement sur TF6 et devrait, miracle !, atteindre les grilles de programme de TF1 le 28 février prochain : un évènement à ne manque sous aucun prétexte.
Partager cet article
Repost0

commentaires

T
Salut,<br /> J'ai vu ton lien dans le forum de la ligue des rôlistes extraordinaires.<br /> J'ai pas tout lu mais pas mal comme blog .<br /> Sinon Dr House, ça n'irait pas plutôt dans "Séries TV" ? ;-)
Répondre
T
j'ai corrigé ! Bien vu, je n'avais pas fait attention !