Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2006 7 24 /12 /décembre /2006 16:59
Melanie Daniels, une jeune femme de la haute société de San Francisco, fait la rencontre d'un jeune homme dans un magasin animalier. Une rencontre assez brève Mélanie appréciant peu les provocations de Mitch Brenner. Mais elle devra bien l'admettre, elle en pince pour lui. La voilà donc partie pour Bodega Bay, son lieu de résidence en bord de mer.
Elle ignore encore qu'elle ne pourra pas roucouler tranquillement avec Mitch, puisque les oiseaux de la région, pris d'une violente folie, se mettent à attaquer les humains sans raison. Le chaos s'installe en ville...

N'y allons pas par 4 chemins et disons-le tout net : Les Oiseaux est un chef-d'oeuvre du cinéma moderne... Plus de quarante ans après sa sortie en salle, le film d'Alfred Hitchcock reste toujours aussi efficace. Ce film est le fruit d'un travail préparatoire titanesque : non seulement "Hitch" dessina tout le film sous forme de storyboard (comme à son habitude) mais il fallut en plus préparer les nombreux trucages nécessaires.

Hitchcock est malin. Plutôt que de nous balancer des oisillons d'entrée de jeu, il n'oublie surtout pas de nous raconter une histoire et de nous présenter les personnages pour que l'on s'y attache. C'est pour mieux distiller ensuite une ambiance apocalyptique ("C'est la fin du monde ! ", s'écrie un poivreau dans un bar). Lorsque l'enfer se déchaîne, on ne peut que constater la haute technicité du film. Si les effets spéciaux ont forcément pris du plomb dans l'aile (ouais, elle était facile celle-là, j'avoue), on est surpris car tout tient encore bien la route et se laisse regarder avec plaisir.
Au passage, l'actrice principale, Tippi Hedren, est sublime. Et comme souvent chez le réalisateur, il s'agit d'une grande blonde "froide".

Et pour finir, le dernier plan est saisissant avec ce paysage couvert d'oiseaux prêts à plonger sur les protagonistes, bien obligés de fuir et laisser la ville aux volants. D'ailleurs n'est-ce pas là le message du film : l'homme, trop certain de son intelligence et de sa supériorité, n'est-il pas trop arrogant ?  Et comment réagirions-nous si nous devions être confrontés à quelque chose que nous ne pouvons comprendre (jamais Hitchcock ne donne d'explication sur le comportement violent des oiseaux) ? Ferions-nous comme ces personnes qui prophétisent "la fin du monde ? Ou bien serions-nous de ceux qui accuseraient leur prochain au moindre prétexte ("C'est la faute de cette femme ! Depuis qu'elle est arrivée, les oiseaux attaquent !") ?

En un mot : magnifique.
Partager cet article
Repost0

commentaires