Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 14:44

A Girl.

A Machine Gun.

A Revenge.

Le sous-titre US annonce la couleur…

 

Amy, étudiante nippone, élève son frère Yu seule depuis la mort de leurs parents. Sauf que Yu se frotte un peu trop à un gang de yakusa local et il se créé de gros problèmes. Si gros qu’il fini par être assassiné avec son pote Yakashi. Dès lors, la jeune Miki jure de se venger des yakusas et de leur faire payer chèrement leurs meurtres…

 

The Machine Girl est un petit film apéro fort agréable mais aussi très limité : à vouloir systématiquement traiter la moindre scène de manière outrancière, Noboru Iguchi plombe son film tout en le rendant drôle.

Dans The Machine Girl, qui se déroule dans un Japon typé manga, les personnages sont soit bons (et niais) soit méchants (et sadiques). Point barre. Pas de juste milieu.

Les acteurs jouent tous mal, et l’on sent bien qu’on est dans la gaudriole assumée. Les combats sont le point d'orgue : on voit nettement que les coups ne sont pas portés ! Reste l’actrice principale, sur laquelle le réal’ n’hésite pas à faire quelques plans culottes. Pas de quoi effaroucher l’actrice,  Minase Yashiro (zieuter ou ici), coutumière des magazines de charme light japonais.

 

L’héroïne ne tarde pas dans sa vengeance à se faire couper un bras (après se l’être fait frire, vous verrez…). Diantre ! Difficile de poursuivre sa vendetta ? Que nenni puisque la famille du pote de son frère vont lui construire un bras mitrailleuse ! Et accessoirement, un bras tronçonneuse !

 

Et c’est parti pour environ 30 minutes de violence, avec flinguage gore en règle et tronçonnage en gros plan. Ca charcle, ça tue, ça saigne, on y croit pas un instant mais on rit bêtement tant c’est trop, beaucoup trop : mais on était bien venu pour ça non ?

Partager cet article
Repost0

commentaires