Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2008 3 06 /08 /août /2008 08:50

Il aura fallu attendre 7 ans avant de revoir les 2 plus célèbres agents du FBI de la télé sur grand écran. Mais si Scully et Mulder avaient le vent en poupe en 2001, à l’occasion d’un film qui se payait le luxe de faire le lien entre 2 saisons, aujourd’hui les 2 agents sont bien plus discrets, puisque disparus du petit écran. Alors lancer un film dans cette situation relève alors de l’opportunisme nostalgique.

Un agent du FBI a disparu et l’enquête piétine jusqu’à ce qu’un prêtre pédophile prétend avoir des visions et guide les policiers jusqu’à un bras enterré dans la glace. Problème : le bras n’est pas celui de la victime. Vous avez dit étrange ? Justement, il est temps de remettre en selle le duo spécialisé dans ce genre d’enquêtes aux frontières du réel : Mulder et Scully !

Conscient que l’intérêt du film repose en grande partie sur les épaules du duo d’acteur, Chris Carter soigne leur introduction. Non seulement, il parvient en quelques minutes à caractériser les 2 personnages, mais les vieux de la vieille des affaires non-classées prendront un délicieux plaisir à revoir Mulder et Scully. Une Scully d’entrée de jeu fidèle à elle-même, alors que David Duchovny se la joue un peu Californication dans les premières scènes avec des répliques grossières et cinglantes. Heureusement, tout rentre dans l’ordre rapidement et Duchovny rentre rapidement dans la peau de notre Mulder préféré.

Avec un budget réduit au minimum (décors limités à 3-4 lieux, quelques effets spéciaux discrets), Carter ne peut réaliser un film de grande envergure impliquant ET et complots gouvernemental comme c’était le cas pour le premier film. Malin, il nous shoote un simple « loner », c’est-à-dire un épisode sans continuité, qui pourrait se situer dans presque n’importe quelle saison. X-Files : Régénération est une banale enquête de Mulder et Scully qu’on se le dise, et n’espérez surtout pas y trouver la Vérité, comme le proclame les pubs. Reste que ce qui faisait la qualité de la série, c’était aussi ces épisodes loners et pour le coup Régénération parvient à se hisser à un bon niveau, à condition de revoir ses attentes de fans transis à la baisse. Donc ici, pas de soucoupes volantes, pas de Men in black, pas de politiciens véreux trafiquants dans l’ombre. Carter opte pour une intrigue qui, au final, n’a presque rien de paranormale, hormis qu’elle tourne autour du thème de la foi,qu’on se le dise, .

Si bien qu’au final on a le sentiment d’avoir vu un gros épisode télé qu’on aurait un peu allongé pour atteindre 1h40. Comme c’est plutôt pas mal, on ne va pas râler, mais je comprends la déception de certains fans. D’ailleurs le film n’a pas le succès escompté ni aux States ni en France. A noter : l’horrible affiche française.

Et Carter de mettre à mon avis un point final à sa série dans la toute dernière scène du film, pendant le générique de fin (restez sur vos sièges). On y aperçoit Mulder et Scully faisant bronzette sur une barque tout en faisant coucou à la caméra qui les survole: X-Files, c’est fini, nos héros sont partis en vacances, le message est clair !

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Chacun son petit défaut!
Répondre