Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 09:35

Lorsqu’il réalise le Retour des Morts-Vivants 3, Brian Yuzna annonce la couleur : « J’en ai plus qu’assez des comédies horrifiques ! » (in Mad Movies n°87). Fini donc la gaudriole, Yuzna revient vers le film de zombis horrible, saignant. Mieux encore, le réalisateur va révolutionner une saga pour le moins « pépère »…

Curt et Julie sont un couple d’ados et promettent de ne jamais se quitter. Alors après que Julie décède dans un accident de moto, Curt décide d’exposer sa fiancée à la trioxyne, une fumée toxique capable de ramener les cadavres à la vie. Facile : son père est le chef de la section militaire chargée d’un projet visant à créer une arme fatale : des zombis dans des exo-squelettes. Julie revient sous la forme d’une zombie à peu près consciente, mais à la faim dévorante : cerveeeeaaaauuuu…

Yuzna apporte deux idées intéressantes au film.

Les zombis font presque pitié, transformés en chair à canon pour le compte de l’armée. Certes, Romero avait déjà utilisé l’idée dans le Jour des Morts-vivants et son célèbre Bubu. Mais on ne peut que s’indigner : dans le Retour des Morts-Vivants 3, les militaires sont bien moins humains que certains humains… La pitié va s’accentuer grâce à un personnage précis, une idée cette fois-ci originale et inédite dans un film de zombi.

Questions sentiments, Yuzna en développe un rayon à travers le couple inhabituel Curt/Julie. Car c’est bien cette idée de romance au pays des zombis qui fait la force du film. Julie, mort-vivante tiraillée entre les sentiments et les sensations disparus et la chair nourricière, est fascinante. L’amour et la mort (Dellamore, Dellamorte histoire de faire une référence) sont des thèmes universels, Yuzna les fusionne dans son film ! Julie, interprétée par une épatante Mindy Clarke, devient adepte du piercing, de la scarification, s’enfonce du verre sous la peau avant de faire l’amour avec son Curt. On connaissait Yuzna cinéaste de la chair pervertie (cette thématique traverse son oeuvre, de Society, Reanimator à From Beyond), et avec ce thème il trouve un moyen de poursuivre les idées de La Fiancée de Réanimator (déjà, l’amour, la mort).

Alors certes, le film connaît un passage à vide vers la moitié du métrage, comme si le réalisateur devait temporiser pour éviter de vendanger ses idées. Le dernier quart d’heure n’échappe pas non plus au grand-guignol (travers déjà présent dans La Fiancée de Réanimator), mais l’ensemble emporte l’adhésion haut la main. Non seulement Yuzna ne prend pas les amateurs pour des idiots, mais introduit des thèmes intéressants tout en conservant le côté un poil « comics » et sexy du premier épisode. Etonnant que d’autres ne se soient pas engouffrés dans la brèche ainsi ouverte, le Retour des Morts-vivants 4 tirant vers le bas une saga qui connaissait avec ce troisième volet le meilleur.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Je me souviens avoir vue cette photo dans l'écran fantastique ou mad movies; et avoir pense " ce film doit être nul!", "Maintenant les zombis sont beau! ridicule!"<br /> Comme quoi! tu me donne envis de voir ces films, je vais de ce pas les chercher chez GEO (location de dvd)
Répondre