Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 09:09
thething.jpgParfois, cela fait du bien de retrouver de bons vieux classiques du cinéma fantastique. Profitant qu'Aurélie ne l'avait jamais vu, j'ai profité de l'occasion pour revoir La Chose...

Début des années 80, dans une base scientifique au pôle.
Des hommes à bord d'un hélicoptère cherchent à tuer un chien qui fuit. Le chien est sauvé in extremis par les membres de la base scientifique, alors que les hommes de l'hélicoptère sont tués. Mais rapidement, nos scientifiques comprennent que le chien n'est pas ce qu'il semble être et qu'il est contaminé par une créature apparemment capable de revêtir n'importe quelle apparence. La traque commence...


Ce film est un véritable bonheur. Une jolie pépite cinématographique.

Carpenter nous propose là un film d'horreur qui fait mouche. Oh, on n'est rarement transi d'effroi pendant la film, mais La Chose réussit à distiller une ambiance tendue et angoissante, car le scénario sait habilement jouer avec les stéréotypes du genre.

Les personnages principaux ne sont pas une bande d'ados boutonneux (d'ailleurs il n'y a pas un seul personnage féminin dans le métrage). Ici, les "héros" sont des adultes, qui plus très sérieux puisque en plein travail, en plus assez pénible (vivre isolé du monde, relevé toutes les x semaines...). Mieux, ils forment une micro-société. Carpenter bien sûr, en grand amateur d'Howard Hawks, ne peut s'empêcher d'y intégrer quelques éléments du genre western, confondant d'autant plus le spectateur.

Le monstre n'est pas véritablement définit puisqu'il peut revêtir n'importe quelle forme. Au mieux, c'est une "chose" informe, sans réelle logique anatomique. Au pire, la "chose" c'est nous, ou vous ; la ou les personnes qui vous entourent. Pas de gros Alien baveux, pas de Freddy affreux, pas de Jason avec son hachoir. La Chose eut virtuellement être n'importe qui, revêtir l'aspect de n'importe quel personnage du film. C'est là-dessus que Carpenter repose son ambiance : qui est qui ? Qui la Chose a-t-elle contaminé ?

Autre stéréotype habituel du film d'horreur : en général ce genre de film se déroule dans des endroits sombres et inquiétants. Ici, c'est une banale base polaire depuis longtemps habitée par les membres de l'équipe qui y ont leur habitude. Ca n'est pas un groupe qui explore un lieu inconnu et dangereux, c'est l'horreur qui pénètre dans le quotidien de cette micro-société bien établie.

Enfin, Carpenter ne laisse aucune place à l'espoir. Nous assistons désemparé à la lutte d'un groupe d'hommes contre une créature qui menace d'anéantir l'Humanité, nous sommes sur un champs de bataille décisif. Décisif mais pas ultime, puisque le film fonctionne de manière cyclique : la fin nous ramène au début, la chose a sûrement survécue et attendra son heure pour réattaquer un autre groupe d'hommes (même musique au début et à la fin, ce battement sourd et menaçant : un coeur ?). Le sacrifice de nos "héros" aura été bien inutile, tout comme la traque de l'hélicoptère au début du film. Pour Carpenter, l'humanité est perdue.

Un film saisissant, qui malgré le temps (bon sang, 25 ans tout de même !) n'a presque pas pris une ride. Un bonheur, je vous dis !
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
bonne idée d'avoir change la déco ! noir!?!<br /> ' The Thing' est un film que j'adore! a chaque fois que je l'ai vue je ne me souviens jamais qui est la chose dans la scene de la goutte de sang! Et j'ai du voir le film 4 ou 5 fois!<br /> Un film que j'aime en VF pour le doublage de qualité enfin quand on entends quelques choses, la première fois c'était sur VHS de location, il y a 25 ans de ça, et c'était d'inaudible! en DVD c'est un bonheur!<br /> Comment faire un film génial sans image de synthèse, ou plutôt une bonne histoire et un bon réalisateur avec des idee!!!
Répondre
T
Allez, comme je vois que le noir n'emporte pas les suffrages, je change pour un zoli vert olive.